Aujourd’hui on célèbre… l’orgasme !

#
Non, ça n’est pas une blague !
Le jour le plus court de l’année, c’est aussi la nuit la plus longue… et de fait, sous la touffeur des draps…
Bref depuis 2006, on célèbre la journée mondiale de l’orgasme et on se dit que si on faisait TOUS l’amour en même temps, ça produirait une vague d’ondes positives qui balayerait le monde, pour son plus grand bien.
Alors afin de fêter dignement la “petite mort”, je vous propose un extrait de Mad About You – Violetta Song, dans lequel mon héroïne Mina va découvrir des plaisirs… incandescents !
❤️
Puis je prends la bougie sur la table et la lui apporte.
– À vous de jouer, Maître, je murmure en souriant.
Il m’enveloppe d’un regard dévorant.
– Tu veux jouer avec le feu, Mina ?
– Je veux ce que vous voulez, Maître.
Il me considère un long moment avant d’aller dans sa chambre et d’en revenir avec un briquet, un foulard de soie et un drap qu’il étale sur le tapis.
– Tourne-toi, m’ordonne-t-il d’une voix frémissante.
– Oui, Maître.
Il place le foulard sur mes yeux et, d’un geste plein de douceur, l’attache derrière ma tête, prenant soin de ne pas trop serrer l’étoffe. Puis il m’invite à me coucher sur le ventre, la tête inclinée sur le côté. J’entends le bruit du briquet qu’il allume suivi du doux grésillement de la mèche de la bougie. Je sens alors ses mains, qu’il pose avec douceur sur mon dos. De la paume, il masse mes bras, mes épaules et ma nuque, avec des gestes fermes et précis qui m’aident à me détendre. Il descend ensuite le long de ma colonne vertébrale, dont il malaxe chaque vertèbre, avant d’arriver jusqu’au creux de mes reins et sur mes fesses qu’il pétrit longuement.
Chacun de ses mouvements est la source d’un immense plaisir pour moi. Je suis maintenant complètement alanguie et singulièrement réceptive aux sens qu’il me reste. J’écoute avec attention le frôlement de ses mains sur ma peau, le rythme lent et régulier de sa respiration, le doux crissement du drap lorsque je remue. La bougie m’enveloppe de ses effluves sucrés auxquels se mêle le parfum de chypre boisé de Mark. Et mon corps obéit aux sollicitations de son Maître, allant au-devant de ses caresses et se cambrant sous ses baisers.
Une légère brûlure m’arrache un petit cri de surprise, puis je sens couler une goutte paresseuse le long de mon dos. Le massage de Mark reprend, rendu plus fluide par la cire qu’il étale. Je m’abandonne progressivement sous ses mouvements circulaires, retrouvant le sourire quand soudain, je me contracte à nouveau. Une autre brûlure vient de réveiller le creux de mes reins, immédiatement calmée par les caresses que me prodigue mon bourreau. Cette fois-ci, mon corps reste en alerte un peu plus longtemps, avant de se relâcher. Et le petit jeu reprend, inlassablement. Après mon dos, Mark s’attaque à mes fesses, dont la peau sensible réagit avec plus de force à ce suave supplice.
J’apprends à redouter et à espérer ce moment étonnant où douleur et plaisir se rejoignent. Et je me surprends à aimer cela, ce mélange de confiance aveugle en Mark, de légère appréhension et d’intense satisfaction à être si bien caressée.
❤️
À n’expérimenter qu’avec des bougies de massage spécialement conçues pour ce genre de plaisirs, bien sûr ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *